A LA UNEACTUALITESAgricultureBIEN-ÊTREBusinessÉconomieÉducationINTERNATIONALInternationnalNATUREPolitiqueSanté

France- Fin des emballages plastiques pour les fruits et légumes

À compter du 1er janvier 2022, c’est aussi la fin des emballages en plastique à usage unique. C’est l’une des mesures phares pour lutter contre les déchets plastiques. Fin des emballages autour des journaux et magazines qui sont distribués. La fin également des jouets en plastique offerts dans les menus pour enfants. Les emballages plastiques utilisés pour certains fruits et légumes seront interdits dans les épiceries et dans les rayons des supermarchés français. Une mesure qui figure dans le texte issu de la loi anti-gaspillage votée début 2020.

Ils sont une trentaine de fruits et de légumes concernés par la fin des emballages plastiques. Par exemple, concombres et brocolis ne seront plus sous film cellophane. Pommes, poires ou kiwi ne seront plus vendus emballés dans des barquettes plastifiées. Des produits que ces consommatrices avait pourtant l’habitude d’acheter.

« Ça m’arrive souvent d’en acheter quand je me fais livrer les courses, assure une jeune femme. Sinon quand je fais les courses moi-même, je fais attention à ne pas en prendre. Ce sera bien pour l’environnement. Le plastique tue les animaux, surtout en mer. Je ne savais pas que ça allait être supprimé. »

Remplacer ces emballages plastiques : oui, mais par quoi ?

« Lou Légumes » installé en Bretagne produit 8 000 tonnes de champignons de Paris par an. Emmanuelle Roze à la tête de cette entreprise familiale a dû réorganiser toute la filière pour modifier les emballages.

« Les champignons étant un produit très humide, on a fait trois ans d’essais sur des barquettes en carton, explique-t-elle. Le carton est quatre fois plus volumineux. Nos champignons ils sont cueillis par nos cueilleurs directement dans les barquettes. Donc on a été obligés de changer nos méthodes dans la cueillette des champignons. On a une augmentation du coût de l’emballage, on a une augmentation des coûts de main-d’œuvre et ce n’est pas fini puisque là, il faut qu’on trouve une solution pour enlever le film qu’il y a. »

La filière champignon comme d’autres familles de produits a d’ores et déjà obtenu un délai de deux ans afin de se mettre aux normes.

L’association Surfrider salue la mesure

L’interdiction des emballages plastiques est une mesure qui figure dans le texte issu de la loi anti-gaspillage votée début 2020. Une mesure saluée par Gaëlle Haut, chargée du lobby plastique au sein de l’association Surfrider.

« Très concrètement, cette mesure elle va nous permettre de supprimer à terme plus d’un milliard d’emballages plastiques chaque année, explique-t-elle. Avec cette mesure, la France s’attaque au problème des emballages superflus et des plastiques inutiles dans notre quotidien. Il faut savoir qu’il y a une véritable urgence à agir contre la pollution plastique puisqu’on a plus de 400 millions de tonnes de plastiques qui sont produites chaque année dans le monde et que dans ce  panorama, les emballages, c’est plus du tiers de tous ces plastiques qui sont produits et qui vont polluer l’océan et les mers de façon catastrophique. On a un camion de déchets plastiques qui finit dans l’océan chaque minute dans le monde. »

« C’est une catastrophe pour la biodiversité marine, c’est une catastrophe aussi sanitaire et climatique, mais on appelle en revanche les autorités à la faire respecter, poursuitGaëlle Haut. Et à ce titre, nous regrettons déjà les nombreux délais qui ont été accordés et qui font que certains légumes vont continuer à être proposés avec un emballage, avec un conditionnement plastique et ce jusqu’en 2026. Alors même que historiquement et pour bon nombre d’entre eux la vente en vrac se fait depuis des années sans problème dans de nombreux commerces y compris dans la grande distribution en France. »

Moustapha Badji
the authorMoustapha Badji

Publier un commentaire

Laisser un commentaire

Résoudre : *
4 + 23 =