A LA UNEACTUALITESPolitique

Coup de force au Mali- La réaction de l’Onu contre Assimi Goïta.

Ce jeudi 27 mai, le président de transition Bah N’Daw et le Premier ministre Moctar Ouane ont été libérés. Un responsable militaire confirme l’information, de même que des proches des intéressés. C’est vers 1h30 du matin que ces libérations ont eu lieu. Donc, une libération discrète. Ils sont revenus à leurs domiciles.

Pendant ce temps-là, à New-York, d’après la correspondante de la RFI, Carrie Nooten, le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni en urgence, à la demande de la France et du groupe A3. Dans une déclaration, il a condamné l’éviction des autorités de transition – sans pour autant proposer de sanctions. Les diplomates ont aussi exhorté les forces militaires à retourner dans leurs casernes « sans délai », avant de déclarer qu’« imposer un changement de direction de la transition par la force, y compris par des démissions forcées, était inacceptable ».

Le Conseil a réclamé une « reprise immédiate » de la transition menée par les civils au Mali : il n’est pas question pour lui de retarder le délai de 18 mois fixé pour l’organisation de nouvelles élections. Et il a réitéré son soutien aux organisations régionales dans leur règlement de cette crise qui a débuté en août dernier, un sommet extraordinaire de la Cédéao pourrait d’ailleurs être convoqué prochainement. Toutefois, les diplomates du Conseil de sécurité n’ont pas réussi à s’entendre sur d’éventuelles mesures de rétorsion contre les militaires emmenés par Assimi Goïta.

Moustapha Badji
the authorMoustapha Badji

Publier un commentaire

Laisser un commentaire

Résoudre : *
13 − 3 =